L’origine des Bachiques Bouzouks

Les Piliers des Bachiques Bouzouks (12 mai 2012). De gauche à droite et de haut en bas :
François, Véronique, Ghislaine, Elisaneth, Elisabeth, René, Barbara, Yves, Alban,
Michel et Bernard.

Un groupe de parents d’élèves

Tout a commencé à l’école maternelle Saint-Germain l’Auxerrois (1er arrondissement de Paris), en 1994. La directrice de l’école avait proposé aux parents jouant d’un instrument de musique de venir le montrer aux enfants à l’occasion de la Fête de la Musique. Elisabeth est donc venue avec son accordéon, qui a beaucoup plu aux enfants, et la directrice lui a proposé de revenir le samedi suivant pour animer le buffet de la fête de l’école.
Lors de la fête de l’école, pendant qu’elle jouait de l’accordéon près du buffet, deux autres parents d’élèves, Thierry et Gilles, se sont approchés : Thierry connaissait par coeur la plupart des chansons « musette » qu’elle jouait (La Valse brune, La Java bleue…) et Gilles, qui n’en connaissait que la musique, se contentait de les fredonner. Tous trois se sont dit qu’un grand nombre de parents sauraient certainement chanter ces chansons s’ils avaient les paroles sous les yeux. L’idée est alors née de photocopier les paroles d’une dizaine de chansons et de se retrouver à quelques-uns pour les répéter en prévision de la fête de l’année suivante.
La chose était d’autant plus facile qu’un petit groupe de parents avait, depuis quelques mois déjà, pris l’habitude de se retrouver le matin, au café, pour bavarder un peu après avoir conduit les enfants à l’école. L’année suivante, grâce à l’impressionnante collection de disques de Thierry, une première liste de chansons a été constituée, et quelques répétitions ont été organisées le soir, dans le préau de l’école.

Du pain, du vin, des chansons

A l’initiative de l’un des membres du groupe, René, amateur de bon vin, l’habitude s’est prise d’apporter quelques bouteilles, un peu de saucisson, de pain et de fromage, pour donner plus de convivialité à ces rencontres. C’est parce qu’il pouvait évoquer à la fois le côté « vin » et le côté « musique » que le nom de Bachiques Bouzouks, lancé par Rémi au cours d’un « brain-storming », a plu et a été retenu (pour mémoire, c’est un jeu de mots à partir de l’insulte bien connue du capitaine Haddock, « bachi-bouzouk ! »).
Encore aujourd’hui, chaque fois que c’est possible, nos fêtes comportent deux volets, le côté musical (les gens forment un cercle autour de l’accordéon, auquel se sont jointes maintenant la contrebasse d’Yves et le banjo d’Alban) et le côté convivial, avec le partage de boissons ou même de gâteaux ou d’autres mets apportés par les uns et les autres.

Des fêtes de l’école aux
fêtes Bachiques Bouzouks

Devant le succès rencontré lors de la fête de l’école, l’idée a germé d’aller également chanter à l’extérieur de l’école, par exemple sur le pont des Arts ou dans des restaurants du quartier (le Pont 9, le Café des Initiés…), à la fois pour le plaisir de chanter en public et dans le souci d’animer des fêtes ouvertes à tous. C’est de 1995 qu’on peut vraiment dater la naissance des Bachiques Bouzouks.
Compte tenu du nombre croissant de personnes intéressées par ces « Fêtes Bachiques Bouzouks », nous ne nous produisons pratiquement plus que dans la rue, sauf quand la froidure ou la pluie nous obligent à chercher un refuge. Sauf exception, les Bachiques Bouzouks restent fidèles au quartier où ils ont vu le jour, à savoir le quartier des Halles dans le 1er arrondissement de Paris, avec un lieu d’élection particulier, le Jardin des Halles et ses environs.

Liste annuelle des fêtes Bachiques Bouzouks :

– Fête de la Chandeleur, le samedi après-midi le plus proche du 2 février,
– Fête du Printemps, le vendredi ou le samedi le plus proche du 21 mars,
– Fête de la Musique, le 21 juin,
– Fête de la rentrée, le premier vendredi après la rentrée scolaire de septembre,
– Fête du Beaujolais, le troisième jeudi de novembre.
Participation à d’autres animations.
Nous sommes régulièrement sollicités pour aller animer d’autres fêtes : nous refusons systématiquement quand il s’agit de fêtes privées (mariages ou anniversaires, par exemple), car notre but est de chanter dans des fêtes ouvertes à tous ; c’est pourquoi nous privilégions, par exemple, l’animation de repas de quartier. Nous acceptons volontiers aussi (dans la mesure de nos disponibilités !) de faire des animations pour des personnes défavorisées (maisons de retraite, centres sociaux, centres d’accueil de SDF…).

Répertoire

Le répertoire comprend des chansons françaises traditionnelles ou d’auteurs, allant du 18ème siècle aux années soixante, pour l’essentiel ; dans un souci d’ouverture à l’Europe, nous avons également ajouté un petit choix de chansons espagnole, italienne, allemande, anglaise, et même russe. Certains auront remarqué la présence de chansons « rouges » (L’Internationale, la Varsovienne…) qui font partie de notre répertoire depuis l’origine du groupe ; à ceux à qui elles font un peu « grincer les dents », nous proposons de les chanter soit pour la beauté de la musique, soit en souvenir des femmes et des hommes du peuple dont elles ont exprimé les luttes et les espoirs, pendant la Commune notamment. Notre répertoire, qui comprend maintenant les paroles d’environ cent-trente chansons, n’est pas à vendre ; il est prêté gracieusement aux passants, qui nous le rendent à la fin de la fête… Les livrets sont renouvelés tous les deux ans, par le passé grâce à la générosité d’un mécène qui préfère garder l’anonymat, et désormais grâce au soutien du « Comité de parrainage des Bachiques Bouzouks ».
(Pour découvrir la liste de nos chansons, voir le répertoire.)

Réunion des piliers le 24 novembre 2004
Elisaneth, Bernard, Véronique, Barbara, Michel, Françoise, Elisabeth, Yves,
Alban et René

Le groupe se produisant de façon totalement gratuite et ouverte à tous, nous n’avons pas jugé nécessaire de créer une association. Un petit comité composé des membres les plus actifs, choisis par cooptation (les Piliers des Bachiques Bouzouks) se réunit périodiquement pour établir le programme des activités et faire évoluer le répertoire. Quelques répétitions sont organisées au moment du renouvellement du répertoire, tous les deux ans. Ces répétitions ne ressemblent pas vraiment au travail d’une « vraie » chorale : il s’agit seulement d’apprendre correctement les nouvelles chansons, et notamment les couplets, pour pouvoir guider les gens qui se joignent à nous pendant les fêtes. Elles réunissent les Piliers et un groupe un peu plus large de participants réguliers.

La création d’une association de quartier

A force de se rencontrer à la sortie de l’école ou autour de l’accordéon, les parents d’élèves et autres habitants du secteur des Halles ont pris conscience d’un certain nombre de problèmes dans le quartier et ont fini par créer une association, l’association ACCOMPLIR, pour porter leurs demandes et leurs propositions auprès des élus et des acteurs du quartier, et aussi pour développer la convivialité dans ce quartier plutôt anonyme. Où l’on voit que le chant mène à tout et qu’une petite chorale d’amateurs peut constituer un germe de citoyenneté…
L’association ACCOMPLIR se développe aujourd’hui de façon totalement distincte des Bachiques Bouzouks et avec son propre recrutement, même si des partenariats se poursuivent, notamment lors de la Fête du Jardin extraordinaire, ou lors d’animations auprès d’acteurs associatifs du quartier.
(Mise à jour Mars 2005)